Connaissez-vous le longe-côte ? Une discipline née un peu par hasard sur la Côte d’Opale est à présent pratiquée sur toutes les côtes françaises. Cette marche aquatique permet de profiter de tous les bienfaits de l’eau de mer et apporte de nombreux bénéfices pour le corps et l’esprit.

Personnes pratiquant le longe-côte

Une activité sportive créée par hasard

Cette discipline sportive consiste à marcher dans l’eau de mer le long de la côte, immergé jusqu’à la taille ou jusqu’au diaphragme. Elle a été inventée par Thomas Wallyn en 2005. Au départ, cet entraîneur d’un club d’aviron dunkerquois a conçu cette activité comme un entrainement pour ses rameurs. La pratique s’est ensuite répandue sur la Côte d’Opale puis au reste des côtes françaises. Des clubs permettent à présent de pratiquer cette activité en groupe dans de nombreuses villes côtières. L’association Les Sentiers Bleus promeut le développement du longe-côte.

Initialement dédiée à l’entrainement des rameurs, le longe côte peut se pratiquer avec une pagaie pour s’aider à avancer. Cette dernière a parfois tendance à disparaître, ce qui modifie sensiblement la discipline en faisant moins travailler le haut du corps.

Les nombreux bienfaits du longe-côte

Marcher, c’est excellent pour la santé. Et dans l’eau, c’est encore meilleur. Tonifiante, régénérante et revigorante la marche aquatique apporte de nombreux bienfaits. Les longeurs, c’est ainsi que l’on nomme les adeptes du longe-côte, s’accordent tous sur le fait qu’ils ressentent une sensation de bien-être qui perdure plusieurs heures après une séance.

Le longe-côte est idéal pour tonifier son corps, quel que soit son âge. C’est une activité intense mais douce et progressive qui ne possède aucune contre-indication car elle ne fragilise aucune partie sensible du corps. Elle permet notamment de se muscler les bras, épaules, fessiers, mollets, et même le dos.

L’eau fraîche active la circulation du sang et améliore le retour veineux. Dans une eau inférieure à 20°C, on brûle davantage de calories. Ceci couplé à l’activité physique générée permet de se muscler et de perdre du poids. Dans l’eau, la résistance est cinq fois plus importante que dans l’air. Les muscles travaillent donc plus intensément que sur la terre ferme, mais toujours en douceur sans risquer de se blesser.

Et comme toute balade au bord de la mer, on s’oxygène d’un bon air iodé. Les ions négatifs (particules chargées électriquement) que l’on trouve à la surface de l’eau

contribuent à améliorer notre humeur, notre tonus, la qualité de notre sommeil et l’oxygénation de nos tissus.

Comment pratiquer la marche aquatique ?

Cette discipline se pratique aussi l’hiver, le froid n’est pas un problème grâce aux combinaisons modernes en néoprène pour la plongée ou la planche à voile. En hiver, il convient de s’équiper d’une combinaison de 7mm alors qu’en été 2,5mm d’épaisseur peuvent suffire. En fonction de la température de l’eau, il est même possible de s’en passer en été. Il faut également s’équiper de chaussons de plongée pour se protéger du froid et des galets présents au fond de l’eau. Il est souhaitable également de se munir de gants de plongée.

Le matériel nécessaire se trouve sans problème dans les magasins de sport spécialisés. Il est aussi possible de s’en procurer sur internet mais il est recommandé d’essayer une combinaison pour ne pas avoir de mauvaise surprise.

Quelques précautions à prendre

Comme pour tous les sports, il est préconisé d’éviter les conditions extrêmes de température et de bien s’hydrater. Marcher, même dans l’eau, va vous faire transpirer ce qui nécessite de boire pour compenser. Pour une marche de moins d’une heure, il est possible d’attendre sa sortie de l’eau pour boire sinon, il convient d’emporter de la boisson avec soi.

La réverbération du soleil sur la mer étant forte, il convient également de se protéger contre les rayons UV en s’enduisant le visage de crème solaire, en portant un maillot anti-UV ainsi que des lunettes de soleil.

La fraîcheur de l’eau va occasionner une baisse de la température du corps. Il convient de cesser cette activité lorsque l’on commence à frissonner.

En plus d’être motivante, la pratique en groupe encadrée par un animateur formé est plus sécurisante. Celui-ci choisira des lieux sans danger et vous indiquera comment pratiquer au mieux et maximiser les bienfaits de cette activité physique.

Le longe-côte est un sport et à ce titre, il convient de toujours demander l’avis de son médecin avec de débuter l’activité.

Articles de la même catégorie qui pourraient vous intéresser :

Menu